Mr Fouilletout - Page d'accueil - Recherche de fossiles - Recherche de minéraux - Dossiers divers - Calendrier

Une sortie prospection à Eteize.


Les filons de quartz d'Eteize :

Les filons de quartz d'Eteize font partie du vaste ensemble de filons minéralisés de St Julien Molin Molette. Les filons se sont formés par remplissage de fissures. Des vapeurs minéralisatrices provenant des zones profondes ont ainsi crée des filons minéralisés hydrothermaux. Dans la gangue de quartz se trouvent différents minerais métalliques tels que la galène, la blende ... La barytine est parfois associée au quartz et la fluorine y est courante. Le quartz n'est pas toujours cristallisé mais lorsque c'est le cas il peut être laiteux ou fumé. Ils ne présentent pas de prisme mais leur pointe peut atteindre plusieurs centimètres.

 

Accès au site :

Le site d'Eteize est situé à l'extrêmité nord du département de l'Ardèche (07). On y accède en traversant le hameau d'Eteize. Les haldes sont bien visibles dans le paysage formant des trouées dans la forêt. A la sortie nord du hameau la route goudronnée se transforme en piste. Prendre deux fois à droite pour monter sur le plateau à l'entrée de la forêt (parking).


Historique des mines d'Eteize :

Les filons minéralisés du district de Saint Julien Molin Molette sont exploités depuis fort longtemps. Le minerai alors appelé alquifoux, utilisé pour vernir les poteries, était extrait en surface, au moins depuis le XIème siècle. C'est en 1717 sous Louis XVI qu'une concession fut accordée à un maître mineur autrichien nommé Blumenstein. Les techniques d'extraction industrielle du plomb alors inconnues en France furent importées d'Angleterre. Saint Julien Molin Molette fur alors l'un des premiers sites de production industrielle de plomb en France. L'exploitation des filons dura jusqu'en 1831.

 

De nombreuses galeries furent percées. Certains filons dont ceux d'Eteize comportent plusieurs niveaux superposés. Ces galeries sont situées sous les haldes. 9 000 tonnes de minerai furent extraites puis traités dans la fonderie de Saint Julien Molette pour donner près de 3 000 tonnes de plomb. Le minerai était acheminé depuis les mines jusqu'à la fonderie à dos de bêtes. Le minerai était successivement concassé, lavé et trié, passé dans un premier four pour éliminer le soufre, concassé à nouveau puis repassé dans un second four pour extraire le plomb.


Une sortie prospection :

La prospection à Eteize consiste essenciellement à parcourir les vastes haldes. L'érosion y creuse de véritables tranchées et met à jour après chaque grosse pluie quelques pièces plus ou moins intéressantes. Bien entendu ces haldes facils d'accès ont été dajà très fouillée depuis fort longtemps et la découverte d'une belle pièce est loin d'être garantie. Depuis le parking, nous empruntons le chemin qui mène au pied de la grande halde située juste au-dessus du hameau d'Eteize.


En cassant des gros blocs de qartz massif nous trouvons quelques échantillons de chalcopyrite sous forme de petits placages. Nous remontons la halde en empruntant le ravin qui la balafre. Dans les talus du ravin, nous trouvons de nombreuses plaques de quartz laiteux cristallisés. Les pointes sont généralement plus ou moins usées mais peuvent atteindre 2 cm de hauteur. Un peu plus haut les quartz sont plus petits et recouverts d'un pellicule d'oxyde métallique rouge orangé. En remontant vers le sommet, nous traversons un secteur riche en barytine blanche massive. Après avoir franchi la crête nous redescendons sur l'autre versant.


A l'entrée des bois, nous sommes sur un secteur très riche en fluorine. Les cristaux sont assez gros (jusqu'à 1 cm de côté) mais ils sont souvent abîmés.La fluorine s'est developpée sur les cristaux de quartz et l'ensemble a été recouvert par la baryte. Ces pièces ne sont pas évidentes à mettre en valeur. En effet lorsque l'on essaye d'enlever la baryte les cristaux de fluorine s'abiment et se décollent. La coloration des cristaux de fluorine est diversifiée : bleutée, jaune et même violette. Dans ce même secteur en cassant de gros blocs de quartz massif géodés, nous récoltons également un peu de quartz fumé. Les cristaux sont bien conservés mais petits (millimétriques).


Nous remontons sur la crête et empruntons le chemin qui nous ramène au parking. Nous nous délestons des quelques échantillons récoltés avant de repartir de l'autre côté en empruntant le chemin qui monte en allant vers le nord est. Le chemin traverse une grande halde que nous n'explorerons pas aujourd'hui. Une sente part vers la gauche et traverse un petit bois clairsemé (la tempête de 99 a abattu presque tous les arbres !). Nous arrivons sur une petite halde qui est très riche en différents minéraux. Sur la partie haute de cette halde nous trouvons très facilement de la galène en cassant les blocs de quartz massifs. Elle montre de beaux clivages cubiques et brillants.


La blende massive qui l'accompagne est terne et inesthétique. La fluorine est très abondante formant de véritables placages cristallisés sur le quartz. Les cristaux jaunes sont cependant petits (milimétriques) et opaques. A l'extérieur ils sont souvent usés mais dans les géodes ils sont beaucoup mieux conservés. Le quartz fumé est moins fréquent. Si on trouve assez facilement des pointes isolées, la découverte d'une plaque est rare. Nous descendons la halde pour aboutir à un secteur ou se cachent des beaux exemplaires de quartz fumés avec des pointes de 2 cm ainsi que des cristaux de fluorine violette (cubes de 3 millimètres d'arête). L'association de ces deux minéraux est particulièrement esthétique mais très rare à découvrir.


Accès aux sites - Mise en garde